28/03/2017

Blason à Guinglange

Un blason remarqué à Guinglange au-dessus d'un linteau de porte ouvre une discussion quant à sa signification et ses origines.

Quelques membres de la SHPDUF ont entrepris des recherches.

Une consultation de "L'Armorial général de la Lorraine et du Barrois" fait ressortir le nom de la famille "La Drague" ou "Ladrague".
Cette famille noble du 16ème au 18ème a des attaches dans les communes de Retonfey et Les Etangs.

Il serait intéressant de consulter la généalogie des familles de Guinglange afin de vérifier quelles sont les relations de cette famille avec la commune.


Ce blason se décline de la manière suivante : trois croissants de gueule ; deux en chef et un en pointe ...

Une remarque a été faite : ce blason est identique à celui de la famille "De Mercastel". Mais elle est géographiquement très éloignée de notre région ...

La question reste ouverture à toute information complémentaire.

01/03/2017

La chapelle de Marcourt

Petit historique.

L'ancien village de Marcourt situé entre Many et Thicourt fut détruit ver 1580. La chapelle du lieu fut aussi détruite. Il ne subsistera que quelques fermes.
En 1749, l'abbé Dusable desservant de la paroisse de Many fit construire une chapelle sur l'ancien emplacement du village. Sous l'égide de l'évêque de Metz, Monseigneur de Montmorency-Laval, la chapelle fut bénie en 1776.
Vers 1841, arguant du mauvais état du bâtiment et du fait qu'aucun office n'y ait été célébré depuis de nombreuses années, le Conseil de Fabrique décida de l'aliénation et de la vente de la chapelle.
Ce qui fut fait en 1847. Madame Veuve  CHOUMERT Dominique née PIGUET Marguerite de Many en fit l'acquisition.
Au fil du temps la construction se dégrada. C'est un groupe de travail de la SHPDUF qui prit l'initiative, avec l'autorisation de la famille propriétaire, d'entamer sa restauration.



Situation des travaux en novembre 2016





08/11/2016

Armoiries de Faulquemont

Les nouvelles armoiries de Faulquemont
Par le docteur A. Ruppel


Les armoiries de la ville de Faulquemont en Lorraine, comme toutes celles d’Alsace Lorraine,  contenaient l’aigle impérial dans leur sceau. En application de l’ordonnance du 28 décembre 1910 qui autorise  les communes à décider de leurs armoiries, le maire de Faulquemont, Monsieur Clément, par arrêté municipal en a entrepris  de  nouvelles.
La littérature héraldique connaît déjà des armoiries de Faulquemont. Lapaix les décrit ainsi : D’or à la crois de gueules, au franc quartier d’argent, chargé d’un lion de sable, armé et lampassé de gueules, couronné d’or. La même description est faite par l’auteur des armoiries  de Haraucout-les-Saint-Nicolas , au sud est de Nancy. Il faut établir le fait que ces armories ne sont pas celles des 2 villes mais celles de la famille de Haraucourt..
Les illustrations qui sont jointes à ces descriptions ne font pas  état d’un armement rouge ni du couronnement doré.
Gritzner, un héraldiste très connu et auteur de la partie Lorraine du Grand Livre des armoiries de Siebmacher, laisse également tomber ces attributs dans le texte et dans les illustrations. Et pourtant il savait qu’il existe une autre source qui donne le lion couronné et armé en rouge. Du point de vue héraldique il n’y a rien à redire contre un lion noir avec une arme rouge dans un champ argenté. Mais une couronne d’or sur un fond argenté n’est pas héraldique.
3) Selon une règle héraldique il peut y avoir une couleur sur un métal ou un métal sur une couleur  mais jamais une couleur sur une couleur ou un métal sur un métal. Les exceptions à la règle sont rares.
Comment se fait il que pour Lapaix la ville de Faulquemont a les armoiries de Haraucourt ? Il y a manifestement une erreur chez l’éditeur du livre des armoiries. Les armoiries de la famille n’ont jamais été présentées officiellement comme celles d’une ville. Mais la famille de Haraucourt régna sur la ville de Faulquemont  de 1414 à 1743. Sa résidence était la petite ville fortifiée de Faulquemont. Elle dura assez longtemps pour que l’on considère leurs armoiries comme celles de la ville, comme cela s’est fait dans d’autres villes. C’est pourquoi on se référa à ces armoiries dans le projet de la ville.
Pour exprimer la dépendance à l’ancien duché de Lorraine et à l’actuelle province du même nom de la ville et de la seigneurie les simples armoiries de, la Lorraine (la poutre oblique rouge avec 3 alérions argentés dans un champ en or) furent reprises sur l’écusson.
Du fait que le bouclier simplement fendu ou partagé aurait offert une mauvaise image avec les armoiries  de Haraucourt-Faulquemont, on choisit de partager le bouclier en quatre  en reprenant  les emblèmes dans les parties 1 et 4 éventuellement 2 et 3.
Ce projet de M. le professeur Eyth de Karlsruhe esquissé et colorié fut présenté le 23 mai 1914 au fondé de pouvoir de l’empereur pour l’Alsace Lorraine. L’empereur accepta le projet le 27 mai qu’il signa de sa main et autorisa, par l’intermédiaire de la région, la commune de  Faulquemont à établir les armoiries suivantes :
Bouclier partagé en 4. Dans les champs 1 et4 en or, une poutre inclinée avec 3 alérions en argent ; dans les champs 2 et 3 une croix rouge avec dans le coin supérieur droit un lion noir.


L’image des armoiries avec la signature de l’empereur fut donnée à la commune pour conservation.

16/10/2016

Moulin de Fouligny



Visite du moulin de Fouligny, 21 septembre 2016